Brigade de Montbenon
et
Groupe des Quatre Vents
Groupe scout de la région lausannoise

100 kils 1999

Publié le jeudi 28 mai 2015 à 18:48 par Merlin dans Activités, La Cloque.

Après les 100kils 19972006 et 2007, ceux des 23 et 24 mai 1999.

Itinéraire

  • Les Planches, Ormont-Dessous (VD)
  • L’Etivaz
  • Col de Jable
  • Zusimmen (PC?)
  • Wimmis (BE)

carte 1999

Photos et coupures de presse juste après le cut : 

Quelques photos dans nos archives :

On en parle aussi dans la Cloque n°29 (juin 1999), pages 10 et 11, avec une coupure de presse de La Presse Riviera Chablais (26 mai 1999)

cloque 29

Nono et Rastel ?

L’article dans le bon  sens :

coupure riviera presse

Et la transcription :

Cent Kils à pied, ça use les souliers!

Des Planches sous le Sépey à Wimmis, près de Spiez, au bord du lac de Thoune, seize scouts de la brigade lausannoise de Montbenon, âgés de 13 à 28 ans ont parcouru près de cent kiloètres à pied, bravan lamétéo de ce samedi pluvieux et de ce dimanche hésitant.

Un groupe d’une vingtaine de personnes était descendu à la halte des Planches, avant le Sépey, en ce samedi matin brumeux et pluvieux. Après un contact chaleureux aec le maître d’oeuvre, Luc Oesch, les acteurs de ce discret mais respectable défi – de Cyrille, 13 ans, à Stanislas, 15 ans, en passant par Rose-Marie, 27 ans – toutes et tous étaient mus par une même envie de s’auser, d’être avec des amis plutôt que de rester « plantés » devant la télévision. La distance ne paraissait pas les effrayer le moins du monde.

A 13h30, halte à L’Etivaz. Départ en direction du col de Jable. Après 25 kilomètres, Stanislas, Cyrille et les autres ont toujours une motivation intacte. Ils sont couverts de boue et leurs pieds trempent dans des chaussures imbibées d’eau depuis quelques heures. En les suivant un petit bout de route, il sera facile de constater à quel point le petit groupe est lié. La marche est ponctuée tantôt de gags plus ou moins légers, mais aussi de chansons, puisées dans un répertoire qui semble ne pas changer au cours des ans. Simplement de les côtoyer quelques heures, on comprend mieux la force qui émane d’un groupe. Tous ces esprits sont à l’unisson pour accomplir quelque chose.

22h30. La plupart des marcheuses et marcheurs sont arrivés à Zweisimmen. Certains vont se reposer un peu avant de poursuivre. D’autres, animés par une motivation qui les honore malgré une météo peu clémente, décident de continuer leur périple. Evidemment, Stanislas et Cyrille, toujours mus par un catactère volontaire et une bonne humeur qui paraît inébranlable, font partie de ceux-là.

8 heures, dimanche matin. Après près de 24 heures de marche, la mécanique du corps humain commence à montrer de sérieux signes de faiblesse. Les dernières forces de Cyrille et Stanislas les ont quittés. Ils sont allés au bout de leurs possibilités et vont enfin pouvoir dormir. Plus de 92 kilomètres parcourus sans repos. Chapeau !

Magnifique façon de partir à la découverte de la Suisse et de l’apprentissage de la vie. Des souvenirs qui resteront présents longtemps. Une belle leçon de vie de la part de ces jeunes et une vision du scoutisme bien différente et plus actuelle que celle laissée par Baden Powell. Mais l’esprit est sans aucun doute resté le même. C’est bien connu, l’habit de fait pas le scout! (chr)

Photo : La distance n’a nullement effrayé les scouts de la brigade lausannoise de Montbenon

 

Mots-clés :